lundi 05 novembre 2018

Plansee Tungsten Alloys poursuit sa diversification

Passée maître dans l'art de produire des alliages de tungstène pour la défense, l'entreprise de Saint-Pierre-en-Faucigny se déploie dans l'aéronautique ou l'horlogerie. 

Plansee Tungsten Alloys - dont la raison sociale est Cime Bocuze - est un bel exemple de diversification réussie. Filiale à 66% du groupe autrichien Plansee aux côtés de Nexter (ex Giat Industries) depuis 1999, l'entreprise a su passer d'un volume d'affaires concentré sur le secteur de la défense, à d'autres marchés source d'un nouvel équilibre. Il est vrai qu'elle maîtrise les procédés de la métallurgie des poudres pour la fabrication d’alliages lourds, à base de tungstène.

La société fait partie de la division Plansee Matériaux Hautes Performances. Elle est intégrée à la Business Unit Tungsten Heavy Alloys. "Depuis Saint-Pierre-en-Faucigny, nous livrons dans 40 pays sur tous les continents", explique Joël Courant, son directeur général. Une activité réalisée pour 75%  à l'export.

" Notre chiffre d'affaires fluctue entre 21 et 26 M€ en fonction des projets, notamment dans l'aéronautique et la défense, que nous menons pour le compte de clients français et étrangers". Après avoir battu un record en termes de chiffre d’affaires en 2015 (26 M€), l'entreprise table sur une nouvelle performance en 2019 (28 M€ attendus au moins pour l'exercice clos au 28 février 2020).

Carnet de commandes plein

"Nos entrées de commandes sont en forte progression. Actuellement, c'est la défense qui tire nos affaires, mais cela change selon les années. D'où la nécessité de rester flexible, de s'adapter à la demande, d'être capable de fabriquer des petites quantités pour l'aéronautique comme des milliers de pièces, pour d'autres secteurs!".

Sur un site de 4 hectares, Plansee dispose de 6000 m2 couverts dont 600 sont en construction pour accueillir de nouvelles machines. L'entreprise livre en moyenne 120 tonnes de produits par an. Son métier de base s'étend de la métallurgie des poudres jusqu'à l'usinage des pièces. Tout au long de leur élaboration, elle assure l'analyse des matériaux, le forgeage, le frittage, le traitement thermique (4 fours) ainsi que la mise en forme (usinage) et pour finir l'assurance-qualité avec du contrôle destructif et du contrôle non destructif. Ce dernier s'opère au moyen de deux machines tridimensionnelles, d’une chaîne de "ressuage" et de moyens de contrôle par ultrasons des pièces aéronautiques (avions et hélicoptères dans le respect de la qualification EN 9100). Enfin, la société a été certifiée selon la norme ISO 14001 et met l’accent auprès de ses clients sur la possibilité de recycler ses produits à 100%.

En vol et sur orbite

"Nous réalisons aujourd'hui 30 % du chiffre d'affaires dans l'aéronautique " explique Joël Courant. Il s'agit de masses d'équilibrage pour des hélices d'avions et pour les RAT (Ram Air Turbine) - turbine qui permet à un avion d'atterrir même sans moteur-, de bords d'attaque d'aile d'avion, d'absorbeurs de vibration. Et cela notamment pour le compte du groupe américain UTC dont Plansee Tungsten Alloys est depuis août 2017, "Supplier gold", mais aussi pour Snecma, Airbus, Stelia, Boeing, Dassault... Toujours dans ce domaine, Plansee livre aussi des masses d'équilibrage pour hélicoptères. Quelques-unes de ses pièces pour le spatial sont aussi en orbite!

Son marché principal reste la défense (40% des ventes). Pour le compte de grands donneurs d’ordres internationaux, l'entreprise fabrique des pénétrateurs qui sont destinés à des munitions à énergie cinétique. Elle travaille aussi à hauteur de 10 %  pour les grands horlogers suisses à qui elle livre des masses oscillantes de montres.

D'autres applications concernent l'automobile : Plansee produit pour la Formule 1 et les rallyes des masses d'équilibrage de villebrequins. La société est également active dans la protection anti-radiation pour le médical, le nucléaire et la recherche pétrolière. Depuis 1999, elle a opté pour une stratégie de diversification par rapport à la défense et développé son portefeuille de produits et de clients au niveau mondial.

Lutter par l'innovation

"Nous luttons par l'innovation, le développement d'une recherche appliquée et par le renforcement de notre équipe de R&D".  Celle-ci compte 4 chercheurs, un docteur et trois masters en métallurgie ainsi que trois techniciens de laboratoire. La recherche/développement prend forme jusque dans les ateliers. "Elle est mise en œuvre en direct sur les moyens de production afin d'être opérationnelle plus vite et de réduire le temps de mise sur le marché".

Un contexte dans lequel le label Mont Blanc Excellence Industries joue à plein son rôle. "C'est un diagnostic très intéressant sur notre activité et notre stratégie grâce auquel, nous avons, par exemple, décidé de passer la certification ISO 14 001, aussi bien vis-à-vis des clients que des tiers. Nous travaillons beaucoup en interne sur les ressources humaines, et avons mis en place un système de rémunération attractif pour fidéliser le personnel", conclut Joël Courant qui sait aussi puiser dans les ressources locales (Alpège, CFAI...etc) pour recruter des compétences.

Françoise LAFUMA, journaliste

201811_PLANSEEcontroledimensionnel

Légende: Contrôle dimensionnel

201811_PLANSEEfourdefrittage

Légende: Four de frittage