jeudi 19 avril 2018

Success story: ADTP spécialise ses sites

L'entreprise associative a réalisé le regroupement de ses activités en préservant l’emploi. En trois ans, elle a donné de l'essor à ses investissements et à son portefeuille clients.

ADTP, entreprise associative qui a fêté ses 60  ans en 2017, a opéré sa mue en près de trois ans en mettant en place une spécialisation de ses sites grâce au regroupement de ses activités. « La production de cartes électroniques du site du Thiou a migré à Ville-la-Grand entre fin 2015 et juin 2016 », explique son dirigeant  Jean-Pierre Martinod. Plusieurs machines ont été déplacées et une trentaine de reclassements effectués en interne,  soit vers Ville-la-Grand grâce à une mobilité temporaire du personnel, soit vers d'autres sites d'ADTP.

« Grâce à une anticipation suffisante dans la gestion des emplois, une vingtaine de personnes ont eu accès à un nouveau poste et à une formation adaptée. Il n'y a eu aucun licenciement », poursuit Jean-Pierre Martinod. En parallèle, les compétences en assemblage ont été renforcées sur le site de Cran-Gevrier, notamment dans le collage des matériaux et l’automatisation.

Nouveaux investissements

Sur le site du Thiou (Cran-Gevrier), une ligne robotisée a été installée en partenariat avec un client historique de l'entreprise et grâce à son soutien financier direct. « S'il avait fallu que l'on investisse par nous-mêmes, cela aurait représenté une enveloppe de 300 000 € ». Une ligne de montage de connecteurs destinés aux serveurs informatiques haut débit, d'un autre grand client d'ADTP, a également été mise en place.

Au rang des importants aménagements réalisés, figure aussi l'organisation du site du Fier (Cran-Gevrier), passée en 2x8. « Nous sommes désormais en position de doubler en capacité pour répondre aux attentes de NTN-SNR ». Ce site d'ADTP assure le conditionnement de kits de pièces détachées pour la réparation automobile, qui sont ensuite stockés sur une plateforme logistique avant d'être expédiés par GT Logistics, prestataire de NTN-SNR, partout en Europe, en Afrique ou en Russie.

"Nous avons réalisé un important investissement organisationnel en accroissant l'effectif, en augmentant les compétences et en optimisant le pilotage des flux", souligne  le dirigeant d'ADTP. Trente emplois seront créés sur ce site entre mars et juillet 2018.

Enfin, un bâtiment de 2000 m2 qui accueille l'ESAT des Camarines et destiné à des activités d'assemblage et de conditionnement, a été construit à Cran-Gevrier. Opérationnel depuis août 2017, il a représenté un investissement de  2,6 M€.

Des efforts qui paient

Des efforts qui ont accompagné le développement stratégique de l'entreprise sur ses segments de marchés, et qui paient. Entre 2016 et 2017, ADTP a enregistré une progression de 13 % de son chiffre d'affaires: il s'est établi à 14 M€ fin 2017, hors subventions d'exploitation finançant les surcoûts liés au handicap.

Aujourd'hui, le chiffre d'affaires se répartit à hauteur de 6,6 M€ pour les métiers d'assemblage et de conditionnement (Annecy Cran-Gevrier et autres sites), 4,6 M€ pour l'intégration de composants électroniques et la connectique filaire (Ville-la-Grand), 1,7  M€ dans le contrôle industriel (Cluses), et le solde 1,1 M€ dans la numérisation de documents et les services (entretien de locaux et d’espaces verts).

Portefeuille clients étendu

ADTP - qui regroupe trois Entreprises Adaptées (EA) et trois ESAT (Etablissement ou Service et d'Aide par le Travail) - a continué de consolider ces dernières années son portefeuille clients. Ainsi, elle a accompagné depuis trois ans le développement industriel d'Anaxi Technology et de son tapis d’éclairage à leds à placer en bordure de lit, qui équipe progressivement les EHPAD et les hôpitaux. « Ce processus n'est pas automatisable: c'est un produit multi-technologique complexe qui requiert des compétences en assemblage, soudage plastique et décoration », précise Jean-Pierre Martinod.

Le savoir-faire d'ADTP s'illustre aussi avec le bureau d'études suisse Flyability, fabricant de drones pour l’inspection d’ouvrages difficiles d’accès (hauteur, confinement, milieu hostile…). « Nous avons mis au point une coque de protection en fibre de carbone dans laquelle est placé le drone. Nos équipes assemblent et collent les composants de cette protection ». Ce partenariat, qui prend la forme d'un co-développement, s'est mis en place depuis deux ans. Il permet à ADTP de fournir quelque 5000 cages de protection par an.

Enfin, ADTP a remporté auprès de Smoove, société spécialisée dans les équipements de vélocation, le marché de Paris pour lequel elle fournira 25 000 potences contenant le système électronique des vélos.

Autre site, autres développements, à Cluses cette fois. Organisées pour le travail en 2x8 depuis deux ans, les équipes assurent  principalement le contrôle visuel de pièces de décolletage (70% de l'activité du site), avec un effectif qui oscille entre 70 et 100 personnes.

« 80% du chiffre d'affaires est réalisé avec une quinzaine de clients de la vallée », explique Jean-Pierre Martinod. Parmi eux, AlpenTech, Baud industries, Somfy.

Stratégie revue

Engagée dans son troisième cycle de labellisation avec le pôle Mont-Blanc Industries, ADTP a établi une feuille de route pour chacune de ses activités majeures, en intégrant à la composante industrielle les dimensions RH, commerciale et marketing. « Cela nous a amenés à structurer notre développement afin de mieux le maîtriser ».

La mise en place d'un ERP s'est traduite par une meilleure coordination entre sites. 

Mais la réflexion stratégique est allée plus loin que la spécialisation de sites par activités. « Nous avons créé une approche de marque, et formalisé dans un livret ce qu'est ADTP et ce qui nous est commun ».

Par l'intermédiaire de Thésame, ADTP a participé aux programmes Stratégie PME et Performance PME de la Région, qui lui ont donné accès à des consultants spécialisés pour structurer ses projets, notamment dans le domaine du Lean Manufacturing. « Lors de sa mise en œuvre, nous avons donné la parole aux personnes en identifiant les tensions créées par le travail, et cela depuis deux ans ».

Enfin, l'entreprise travaille en lien avec la CARSAT sur la santé et la performance au travail, et applique une démarche de prévention des risques psycho-sociaux ou encore des TMS.

« Notre projet RH est de développer les parcours professionnels de nos collaborateurs, car les marchés et les techniques évoluent vite. Le but est de les faire monter en compétences et en autonomie », conclut Jean-Pierre Martinod. Il s'appuie sur une stratégie qui passe par la  création de valeur pour le client, et non pas sur le low cost. Pour cela, ADTP a accueilli au sein de son Comité de Direction de jeunes cadres (30 à 40 ans), bien formés et venant compléter l’expérience des plus anciens.

 

Françoise LAFUMA, journaliste

201804_ADTP

Légende: Montage

201804_ADTP2

Légende: Contrôle visuel

201804_ADTP3

Légende: SMOOVE atelier montage potence