vendredi 01 décembre 2017

success story: cimeal, de l'industrialisation à la production

Installée depuis peu à Thyez, l'entreprise répond à la demande en micro-injection de pièces plastiques techniques pour de grands donneurs d'ordres industriels.

Quand il se lance  à 36 ans dans l'aventure de la création d'entreprise, Stéphane Rocheteau a déjà derrière lui une longue expérience de directeur de production dans un groupe industriel de connectique. En outre, sa double formation en micromécanique à l'Ecole Renault (Billancourt), complétée par une Maîtrise dans la mise en œuvre des matériaux (ISPA) lui a apporté les compétences nécessaires pour bien appréhender le besoin des donneurs d'ordres.

"J'avais identifié un vrai problème d'industrialisation pour répondre aux attentes croissantes des clients. D'où l'idée de la création de Cimeal, dont la vocation est alors d'assurer l'interface entre l'activité du bureau d'études et la mise en fabrication", explique le dirigeant de la société, fondée en 2005.

Devenir une référence

Stéphane Rocheteau démarre avec l'idée de fournir ce service aux transformateurs de matières plastiques en devenant un centre d'essai de référence pour la vallée de l'Arve. Rapidement, Cimeal confirme la vision de son créateur et l'importance d'intervenir  dans les projets au plus tôt, dès la conception. En 2006-2007, l'entreprise intègre un bureau d'études implanté à Passy et achète ses premières presses à injecter. Le centre d'essais est mis en route, ses prestations vont jusqu'à réaliser la formation du personnel chez ses clients, la production démarre.

"Je suis allé les chercher en dehors de la vallée, à l'exemple de Stryker, près de Bordeaux". Pour ce groupe américain de matériel médical de pointe, Cimeal a développé un produit et un process complet jusqu'aux installations du futur bâtiment requis pour la fabrication d'une poignée d'instrument de chirurgie orthopédique."Stryker a acheté les équipements sur nos préconisations. Les machines ont été livrées à Passy. Puis nous avons développé les moules et outillages, fait les mises au point et formé les techniciens du client chez nous".

Opportunités pour rebondir

Pour d'autres industriels, Cimeal réalise alors des transferts de production ou assure la fabrication de moules, comme un service complémentaire. En 2010, la société, comme d'autres a subi la crise. "Il fallait soit se recroqueviller, soit rebondir: j'ai alors décidé d'intégrer un atelier de mécanique pour réaliser mes outillages". Cette intégration se concrétise en 2011 par le rachat de MB Injection à Cluses, dont le dirigeant souhaite partir en retraite. L'activité d'injection plastique et d'assemblage peut, dès lors, se déployer.

Tout en poursuivant son activité d'ingénierie en apportant un service technique à ses clients, Cimeal met en œuvre son projet de production en interne. Elle se spécialise dans la micro-injection de toute une palette de matières techniques (PEEK,LCP, PBT, PA, thermoplastiques élastomères, ABS...) pour l'automobile, le médical et la connectique.

Maitrise des Process et Réactivité

Cimeal dispose d'un parc machines récent : 10 presses à injecter de 5 à 80 tonnes, qui lui permettent de fabriquer des pièces de très petites dimensions (0,02 grammes) en petites séries comme en grandes séries pour de grands donneurs d'ordres, à l'image de Somfy. "Notre approche dans la maîtrise du process et nos délais de développements courts les intéressent. Nous avons co-développé un boîtier de commande, assuré son industrialisation, et aujourd’hui nous le produisons. Il s'agit d'un boîtier complet comprenant 127 composants, et mettant en œuvre plusieurs technologies."

Pour un prospect régional travaillant dans la connectique haut de gamme destinée à la voiture électrique, Cimeal conduit pour l'heure plusieurs projets. "Nous nous orientons de plus en plus vers la micro-injection d'où l'intégration d'une nouvelle presse, qui permet d'injecter des pièces inférieures à 0,1 gramme." Doté d'une robotisation intégrant un système de contrôle vision, cet équipement de dernière génération a représenté un investissement de 150 000 euros. Cimeal vient d’acquérir un nouveau bâtiment de 1400 m² pour répondre à la demande de grands donneurs d’ordres développant leurs produits propres, pour un chiffre d'affaires de 750 000 euros en 2017, réalisé pour l'essentiel dans l'automobile, le médical, la connectique (25 % chacun).

Choix de l'alternance

Employant aujourd'hui 9 collaborateurs, Cimeal s'est dès 2012, tournée vers l'alternance en intégrant chaque année un nouvel apprenti en BTS Conception Industrialisation en micromécanique (CIM). L’un d’eux est devenu chef de projet : aujourd’hui en CDI, il intègre un cycle de trois ans avec l'itii 2 Savoies pour devenir ingénieur en conception mécatronique.

"Notre développement est sage, même si l'objectif est de doubler de taille à terme, nous avons aujourd'hui la place et l’outil industriel pour le faire", ajoute Stéphane Rocheteau. Avec la concrétisation des affaires en cours, la société - qui recherche  notamment un outilleur - complètera son équipe, déjà consolidée depuis juin avec l'arrivée d'une responsable qualité.

"Le dispositif de labellisation de Mont-Blanc Industries nous a permis de mieux orienter le cap de l'entreprise. C'est aussi très enrichissant d'avoir le regard extérieur d'autres industriels qui ne sont pas dans le même métier" conclut Stéphane Rocheteau déjà adhérent au club "BouRSE".